Motoria

 

De la 550 Maranello à la 812 Superfast, 20 ans de Ferrari à V12 avant

De la 550 Maranello à la 812 Superfast, 20 ans de Ferrari à V12 avant

Ferrari vient de lever le voile sur la 812 Superfast, son nouveau coupé grand tourisme. Totalisant 800 chevaux, ce nouveau coupé sera lancé à l’occasion du Salon de Genève. Il marquera aussi et surtout la continuité d’une tradition chez Ferrari : le coupé à V12 avant.. C’est une architecture que le Cavalino a retrouvée en 1996. Plus de 20 ans plus tard, faisons le point sur…

Les Ferrari à moteur V12 avant depuis 1996

C’est une architecture qui ne déplairait pas à Enzo Ferrari, lui qui refusait avant de s’y convertir le V12 arrière d’une Miura. Après plus de deux décennies de 12 cylindres arrière, dont la décennie de Testarossa, Ferrari revient en 1996 à l’allure des Ferrari de légende. Celle des 250 GTO, des 275 GTB/4, et de la 365 GTB : le V12 à l’avant. Et le modèle choisi pour ce retour porte ni plus ni moins que le nom de la commune où siège Ferrari : Maranello.

1996 – 2002 : Ferrari 550 Maranello

La 550 Maranello revêt une superbe robe signée Pininfarina, que l’on retrouve de façon plus roturière sur la Peugeot 406 coupé. Les proportions sont justes, les proportions sont belles : le long capot donne à la voiture une sacrée prestance. Dessous, c’est un V12 de 5,5, d’où le titre de 550, qui siège avec une puissance de 485 chevaux. Pensez, c’est près de moitié-moins la cavalerie de la 812 Superfast.

Au cours de sa carrière, la Ferrari 550 est produite à plus de 3000 exemplaires. L’on note une déclinaison Barchetta réalisée entre 2000 et 2001 en série limitée, véritable roadster sans toit (!) assemblé à 448 unités… même si, initialement, seuls 444 modèles devaient être produits ! C’est par crainte de superstition de la clientèle japonaise que 4 modèles supplémentaires furent produits. L’on compte aussi une série spéciale, en 33 modèles, célébrant la carrière de la 550 sur circuit : la “World Speed Record“.

Également basés sur les 550 Maranello, les concepts Pininfarina Ferrari Rossa (2000) de Ken Okuyama, et une autre oeuvre de carrossier : la 550 GTZ, signée Zagato, en… 2009. Cette dernière sera finalement produite à 5 unités.

2002 – 2006 : Ferrari 575 M Maranello

Après la 550 et face à un tel succès, Ferrari ne change pas une équipe qui gagne. Le moteur est réalésé à 5,75 l, gagne 30 ch à 515 cavalinos, et voici la 550 devenue 575 M, d’un M signifiant Modificato. Mais se limiter à ces données serait oublier la présence d’une boîte F1 séquentielle pour la première fois sur un V12 Ferrari de “série”, ainsi que de freins carbone céramique en fin de carrière.

Si physiquement la 575 M ressemble à s’y méprendre à une 550, elle bénéficie d’un vrai cabriolet avec la 575 SuperAmerica à mi-carrière, en 2004. Produite à 559 unités, elle profite d’un moteur porté à 540 ch et d’une cinématique de toit rotatif à 180° que reprendra la… Renault Wind! A l’image de la 550 GTZ, Zagato se portera aussi sur le berceau de la 575 M en proposant la 575 GTZ à deux exemplaires seulement, pour un unique propriétaire collectionneur japonais. En effet, l’homme en voulait une pour rouler en France, une autre au Japon !

2006 – 2012 : Ferrari 599 GTB Fiorano

Pour paraphraser Steve Jobs, “c’est une révolution”. Avec la 599, Ferrari confirme son statut de leader des GT à V12 avant avec une voiture qui connaîtra plusieurs vies. Totalisant 620 ch, la 599 GTB reprend ni plus ni moins que le V12 6l de l’Enzo ! Propulsée à 330 km/h, elle n’affiche aucun aileron et reste rivée au sol grâce à son extracteur d’air et ses deux ailettes latérales, canalisant le flux d’air. Son nom évoque le sport puisque Fiorano est la ville où se situe le circuit d’essai de Ferrari. Son nom est enfin un hommage à la marque et ses célèbres Grand Tourisme Berlinette.

La 599 GTB connaît plusieurs sœurs : la première Ferrari hybride, la 599 HY-Kers, mais aussi un roadster, la 599 SA Aperta, en 2010 et avec une V12 porté à 670 ch. Ce V12, c’est la 599 GTO, version ultime de la 599, qui l’a étrenné, pour une série limitée à 599 exemplaires directement issus de la 599 XX, laboratoire non homologué pour les clients privilégiés de la marque. Enfin, quelques carrosseries uniques ont habillé la 599 : la Superamerica 45 et la P540 Superfast Aperta. Superfast, tiens tiens !

2012 – 2017 : Ferrari F12berlinetta

Le temps s’accélère pour Ferrari : 6 ans pour rester leader, c’est une carrière interminable et la concurrence piaffe, de McLaren à Lamborghini, et ce même si ces derniers tentent avec de plus roturiers V8 (McLaren) ou un V12 arrière (Lambo’, Pagani) de contester le leadership de Maranello. La F12 dure ainsi seulement 5 ans, de 2012 à 2017, mais conserve l’ancestrale structure V12 avant. A ceci près que la bête passe le cap de 700 avec un bloc développant 740 chevaux ! Là encore, c’est la supercar décennale du Cavalino, la LaFerrari, qui prête son bloc V12 6,3 au son… magique !

Ainsi pourvue, la F12 file à 340 km/h, ne passant la 7e vitesse de sa boîte robotisée qu’au-delà des 300 km/h…  La magie agit aussi dans un style valorisant toujours plus le long capot avant, et reportant les appendices aéro à deux petits pontons sur les ailes. Discrétion, efficacité : rien de comparable à la débauche de lignes d’une Aventador, au passage 40 ch plus sage !!

La F12 connaît elle aussi nombre de déclinaisons : la F60 America est réalisée pour les 60 ans de Ferrari aux USA ; la F12 TRS est une modèle unique. Et la F12tdf, pour Tour de France, est un hommage ultra puissant de 780 ch à la 250 GT, produite à 799 exemplaires.

2017 : l’avènement de la Ferrari 812 Superfast

A chaque nouvelle Ferrari V12 avant voit un pallier de chevaux franchi : la 575 M passait les 500 ; la 599 les 600 ; la F12 les 700 ; et voici la 812 Superfast qui passe tout juste le cap des 800 chevaux avec un V12 issu du 6,3 de la F12 mais réalésé à 6,5 l. La puissance est la même que le bloc thermique de la LaFerrari, sans l’unité hybride ! Une puissance folle, qui se double d’un couple de 718 Nm ! Une folie, pour un rapport de 123 ch/litre. Le 0 à 100 km/h est oublié en 2,9 secondes, quand la consommation descend à 340 g/km !

Besoin de vidanger sa Ferrari ?

Nous sommes là ! Eh oui, petit modèle comme ultra puissant, Motoria ne connaît aucune limite et se fera un plaisir de réaliser la vidange de votre Ferrari. Et si vous n’avez pas de Ferrari, ne vous en fait pas : tant qu’elle a des chevaux et un moteur, votre voiture aura toute notre attention 🙂



Appelez-nous !