Motoria

 

Comprenez-vous ce qui est inscrit sur un bidon d’huile ?

bidon d'huile

Comprenez-vous ce qui est inscrit sur un bidon d’huile ?

Pour beaucoup, les inscriptions sur le bidon d’huile d’un moteur sont semblables à un dialecte indonésien pour un occidental : sans explication préalable, difficile de s’y retrouver. Commençons donc par le commencement, à savoir ce qui est écrit en plus gros sur les huiles modernes multigrade : la viscosité.

 

0W20, 5W30, 5W40, 10W40, etc… dafuq ?

– Deux premiers chiffres : Viscosité à froid
– Lettre séparatrice W : “Winter” / “Hiver”
– Deux derniers chiffres : Viscosité à chaud

 

1/ Le premier groupe de chiffres et la lettre “W”

Cette lettre signifie “Winter”, ou “Hiver” dans notre langue de Molière et le nombre juste avant est la viscosité à froid.

bidon d'huile

– Plus ce nombre est petit, plus l’huile sera liquide à basse température. Est-ce une mauvaise chose ? Loin de là puisqu’en hiver (un hiver suédois tant qu’à faire, avec une température extérieure -30°C), une huile à la bonne viscosité est primordiale si on souhaite pouvoir démarrer un moteur ayant passé la nuit dehors. Si l’huile est assez fine, le moteur peut tourner librement et démarrer. Imaginez votre bouteille d’huile d’olive restée sur le bord de la fenêtre toute la nuit et qui commencera à faire des dépôts et se solidifier : difficile de faire une vinaigrette avec n’est-ce pas ?

Petite parenthèse : c’est d’ailleurs à cela que l’on reconnaît une véritable huile d’olive. Si elle reste parfaitement limpide, cela signifie qu’elle est diluée avec du colza et tout un tas d’autres choses…

– À l’inverse plus ce chiffre est grand, plus l’huile est épaisse (on tend littéralement vers la mélasse). La petite vidéo qui suit vous montre la fluidité d’une huile dans une chambre froide.

 

 

2/ Le deuxième groupe de chiffres

Il correspond à la viscosité de l’huile à chaud. Du coup, vous vous demandez peut-être : pourquoi on n’utilise pas tout le temps une huile fine afin de simplifier les choses ? Les lois de la physique étant ce qu’elles sont, il y a plusieurs paramètres à prendre en compte :

– La façon dont le moteur chauffe : plus un moteur chauffe, plus on lui infligera une huile épaisse afin que sa viscosité reste suffisante pour remplir son rôle de lubrification. Mais avec les années, ceci s’avère de moins en moins vrai du fait de la présence de radiateurs d’huile prévus pour grandement abaisser la température des gros moteurs (une huile tourne en moyenne entre 83° et 95° Celcius en fonctionnement normal dans un moteur “moderne”). Conséquence directe : on trouve de plus en plus rarement des huiles 20W60 sur les étalages ! Ces dernières sont généralement réservées aux voitures de compétition, qui elles-même délaissent ce grade pour une huile légèrement plus fluide du fait d’un refroidissement optimisé.

– Les frottements : le nerf de la guerre dans l’ère des moteurs modernes où les constructeurs s’arrachent les cheveux pour réduire au maximum les frottements qui sont synonymes de perte d’énergie dans un moteur afin que chaque goutte de carburant apporte un maximum de puissance. Une huile trop épaisse aura la texture d’une mélasse et aura tendance à demander plus d’énergie de la part de votre moteur pour le lubrifier.

 

Difficile de trouver un compromis non ? Mais ne vous en faites pas, ce casse-tête est celui du constructeur et non le vôtre ! Pas d’inquiétude, chez Motoria nous n’utilisons que des huiles normées Motul correspondant parfaitement à votre véhicule et aux spécificités de son moteur.



Appelez-nous !